Mis à jour le 14.07.2021

Rites funéraires mégalithiques sénégambiens et sociétés africaines précoloniales : quelles compatibilités ?

Icône actu internationale Le préhistorien suisse Alain Gallay, notamment bien connu pour ses études de la nécropole mégalithique du Petit-Chasseur, à Sion, vient de publier dans les Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, Volume 22, 1-2, 84-102, un article méthodologique qui fera réfléchir tous ceux que la problématique des mégalithes intéresse. Nous proposons ci-dessous le résumé qui figure en tête de cet article :

En France, la problématique de l'analyse des sépultures est entièrement dominée par l'analyse dite taphonomique des restes osseux alors que les réflexions d’ordre anthropologique restent marginales. À l’occasion de l’analyse des morts d’accompagnement présents dans les sépultures mégalithiques sénégambiennes (50 cal BC-1640 cal AD), cette communication pose la question de la pertinence d’une approche sociopolitique des rites funéraires en général et de ce phénomène en particulier. On propose les bases d’une typologie des sociétés précoloniales de l’Afrique de l’Ouest, et on démontre que les rituels funéraires des cercles mégalithiques sont essentiellement compatibles avec ce que les ethnologues francophones nomment des chefferies classiques. On démontre ainsi que les modèle néoévolutionistes utilisés par l’archéologie nord-américaine ne peuvent rendre compte de la complexité des sociétés ouestafricaines.