Mis à jour le 19.10.2017

Belgique : les Ambassadeurs bien mal inspirés à Wéris

icône actualité belge La grande « première » de l’émission de « Vie quotidienne : voyage-tourisme » de la télévision belge RTBF, intitulée Les Ambassadeurs, était, ce samedi 14 novembre, consacrée au village de Wéris, dans l’entité de Durbuy (province de Luxembourg).

Outre des séquences abordant les plaisirs de la table, le débardage en forêt à l’aide de chevaux et des déformations du folklore…, on relèvera un curieux passage relatif aux mégalithes, plus explicite encore dans le texte qui, sur le site de la RTBF, présente cette partie de l’émission : « La Maison des Mégalithes propose d’ailleurs une découverte de la vie quotidienne des populations celtes du Néolithique » et plus loin : « Au lever du jour, éclairé au flambeau, Guy Lemaire, entouré d'une troupe de comédiens, va conter à Inès et Ana l’histoire des celtes ; nos ancêtres agriculteurs qui ont construit dolmens et menhirs sur le site exceptionnel de Wéris. C'est là qu'un druide local révèlera l’énergie particulière de ces mégalithes alignés de façon étonnante ; tout cela au son de la musique celtique de Colline Hill ».

Confusion entre mégalithes et celtes, druide, tout y est dans les amalgames les plus éculés…

La RTBF semble donc bien frappée d’amnésie. Elle a, semble-t-il, oublié que les celtes sont quasiment aussi éloignés de la construction des mégalithes de Wéris que des premiers pas de Neil Armstrong sur la lune dans le cadre de la mission Apollo 11 de 1969 ! Pourtant, dans diverses émissions où la télévision nationale s’entourait d’archéologues spécialisés dans le mégalithisme, par exemple dans « Télétourisme » (voir les chroniques des 15 octobre et 17 novembre 2009 de Megalithe.be), tous ces stupides amalgames avaient bien été évités. Heureusement, le pseudo chamane auquel Guy Lemaire - présentateur vedette en matière de tourisme, notamment patrimonial - s’adresse, mais dont le rapport avec les mégalithes tient du délire, est lui, ironie, mieux au courant de l’ancienneté des monuments locaux puisque leur attribuant un âge qui correspond assez bien au Néolithique.

Décidément, pour les archéologues, il y a encore bien du pain sur la planche quand les médias dérapent à ce point. Et pour citer Nicolas Boileau, « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage … ».